Films

Le monde selon Monsanto, Réalisation: Marie-Monique Robin,  Coproduction : Arte France, Thalie Productions, L’Office national du film du Canada, 2008, 109 min.
“Fruit d’une enquête exceptionnelle de trois ans sur trois continents, le film et le livre reconstituent la genèse d’un empire industriel, qui, à grand renfort de rapports mensongers, de collusion avec l’administration nord-américaine, de pressions et tentatives de corruption, est devenu l’un des premiers semenciers de la planète.
 Avec 17 500 salariés, un chiffre d’affaires de 7,5 milliards de dollars en 2006 et une implantation dans quarante-six pays, Monsanto représente le leader mondial des OGM, mais aussi l’une des entreprises les plus controversées de l’histoire industrielle. Production de PCB (pyralène), de polystyrène, d’herbicides dévastateurs (comme l’agent orange pendant la guerre du Viêtnam) ou d’hormones de croissance bovine et laitière (interdites en Europe): depuis sa création, 1901, la firme a accumulé les procès en raison de la toxicité de ses produits.
Grâce à la commercialisation de semences transgéniques, conçues notamment pour résister aux épandages de Roundup, l’herbicide le plus vendu au monde, elle prétend vouloir faire reculer les limites des écosystèmes pour le bien de l’humanité.  Qu’en est-il exactement ? Quels sont les objectifs de cette entreprise, qui, après avoir longtemps négligé les impacts écologiques et humains de ses activités, s’intéresse tout à coup au problème de la faim dans le monde au point de se donner des allures d’organisation humanitaire ?”

Clonage ou l’art de se faire doubler… Scénarisation et Réalisation K. PARENT et L. VANDELAC, (recherches, textes, entrevues), Producteur Éric Michel, Studio Sciences et société, ONF, 2000, 52 min.

“Depuis la nuit des temps, les mythes de perfection et d’immortalité ont nourri les rêves les plus fous et les passions les plus destructrices. Aujourd’hui, certains rêvent d’incarner ces mythes à travers des clones humains, se reproduisant seuls et sans sexualité, à l’infini… Une telle perspective fait frémir… Quand une société s’apprête à modifier ainsi la conception des individus et de l’espèce, à emmêler les générations, à disloquer la parentalité, à effriter les repères de l’identité, bref à quitter l’humanité, n’est-ce pas un symptôme de folie? Sans doute. Mais le clonage d’animaux et d’embryons humains en annonce déjà la possibilité technique, la stérilité en fournit l’alibi et en masque l’eugénisme latent : «améliorer la qualité biologique» de nos descendants… Mais un clone en cache toujours un autre, si bien que, derrière ce projet d’humains dupliqués, se profile déjà un lucratif marché d’embryons humains et d’animaux transgéniques, conçus comme laboratoires vivants et viviers industriels. Dans les vapeurs du marché et de la technique, certains inaugurent ainsi, au nom d’un paradoxal idéal de santé, de nouvelles filières de vivants aux impacts insoupçonnés. Pourquoi donc glissons-nous ainsi de nous-mêmes, amnésiques et somnambules, prêts à perdre pied, à perdre corps, à changer d’espèce? On sait pourtant qu’à traverser le miroir pour y chercher son double, on s’y perd, trompés, dépassés, bref, doublés… Au moyen d’interviews avec d’éminents spécialistes français : le Dr C. Sureau, président de l’Académie de médecine, les biologistes J. Testart et B. Jegou, la psychanalyste M. Vacquin, le généticien A. Khan, les juristes M.-A. Hermitte et C. Labrusse Riou, les philosophes M. Tibon Cornillot, le québécois J. Dufresne, et enfin l’économiste américain J. Rifkin, les réalisateurs Karl Parent et Louise Vandelac nous plongent au coeur de ce débat crucial.”

 Main basse sur les gènes - ou les aliments mutants

Main basse sur les gènes ou les aliments mutantsScénarisation et réalisation (recherches, textes, entrevues) K. PARENT et L. VANDELAC, Producteur Éric Michel, Studio Sciences et société, Office national du film du Canada (ONF), 1999,  52 min.

“Long métrage documentaire sur les aliments transgéniques. Depuis 1996, les végétaux génétiquement modifiés (OGM) ont envahi nos champs et nos assiettes sans avertissements et, surtout, sans égards à leurs effets futurs sur la santé, l’environnement et la démocratie. Sommes-nous devenus les cobayes de multinationales qui jouent à la roulette russe avec le résultat de millions d’années d’évolution? Quels sont les réels effets secondaires de ces aliments transgéniques ou génétiquement modifiés? Existe-t-il une relation entre les allergies et le soja transgénique? Avec Main basse sur les gènes, Karl Parent et Louise Vandelac jettent un regard éclairé sur cette situation explosive. Alors que plusieurs pays d’Europe et d’Asie exigent déjà l’étiquetage des produits transgéniques, l’Amérique du Nord tarde à réagir. Richesse universelle qui n’a pas de prix, le vivant peut-il être laissé à la merci d’intérêts privés ? “