Orientations

Dans un contexte où les stratégies de sortie de crises environnementale et sanitaire sont souvent centrées sur l’innovation technoscientifique, en questionner le sens, la pertinence, les impacts et les effets pervers ainsi que proposer des analyses transdisciplinaires fortes, basées sur de solides acquis disciplinaires et thématiques est d’une importante pertinence sociale, surtout quand ces travaux contribuent également à éclairer les débats voire même les décisions publiques.

C’est donc à travers des recherches préoccupées à la fois de prospectives et d’analyse socio-historique, que nous tenterons de saisir les lignes de force qui traversent certains champs d’innovations technoscientifiques marquants (chimie, technologie de reproduction, transgénèse, nanotechnologies, bioproduits, etc.), dont on commence à peine, dans la plupart des cas, à mesurer les effets pervers, comme c’est le cas notamment en chimie avec certaines substances et mélanges toxiques, aux effets de modulation endocrinienne et associés à la polytoxicosensibilité. Un apport d’une étonnante richesse théorique, obligeant même à réinterroger certains paradigmes, comme celui de l’épidémiologie, qui freinent l’examen attentif et la résolution de certains de ces problèmes émergents liés à ces substances et à leurs effets paradoxaux.

L’avancement des connaissances résultant des travaux de cette équipe en émergence ayant pour thème central l’analyse globale, intégrée et multi-niveaux de la genèse, des enjeux, des impacts santé, environnement gouvernance et société de plusieurs générations d’innovations sociotechniques sera certes lié à l’approfondissement de chacun des thèmes, sous-thèmes et angles d’approche de chacune de ces innovations soumise à un réel travail multidisciplinaire faisant large part à l’analyse comparée, France/Europe vs Québec/Canada/Amérique du Nord, mais tiendra tout autant et peut-être surtout aux liens émergents de l’analyse de 2, 3, 4 ou 5 de ces champs d’innovations. Ainsi, qui aurait crû que les travaux d’analyse des OGM alimentaires conduiraient à mettre en évidence le caractère de perturbateur endocrinien de la majorité de ces plantes « Roundup Ready », comme l’ont fait les travaux de G-E. Séralini, établissant des liens entre le domaines des perturbateurs endocriniens et celui des OGM jusqu’alors étanches, du moins pour ceux qui ne s’étaient pas attardés à l’incroyable concentration économique du secteur des semences désormais contrôlé par quelques firmes…

Ajoutons que les lectures à partir de thèmes transversaux comme ceux des risques, incertitudes, principe de précaution, responsabilité, etc., contribueront également à mettre en perspective les éléments de convergence et de distinctions entre ces divers champs sociotechniques. Enfin, cet avancement des connaissances tiendra surtout aux synthèses intégratrices qui seront faites à partir des différents points d’entrée qu’il s’agisse des questions de santé, d’environnement, de dispositifs d’évaluation scientifique ou d’encadrement législatif ou bien de l’état des connaissances sur les impacts sanitaires, socio-économiques ou environnementaux de ces divers champs technoscientifiques.